Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/10/2016

Melrand Loisirs Culture : Programme de la saison 2016-2017

110_F_2670871_LZa6c8ISFQD1XCz9fyUI5bGv5blvwb.jpg110_F_2670871_LZa6c8ISFQD1XCz9fyUI5bGv5blvwb.jpgLes 10 activités de Melrand Loisirs Culture

 

 

 

Découvrez le programme des animations

sur le site

de 

Melrand Loisirs Culture

 

27/07/2016

Des chevaux au secours de l'autisme

 

Grâce à son projet associatif de médiation équine, Gaëlle Ezannic a remporté le 1er prix des Trophées de la vie locale à Neulliac, et le prix départemental Coup de cœur 2016.

  

3 hectares de prairie, une jument et deux poneys, Rose, Yakari et Ulysse en liberté, un chien, et une petite famille : Gaëlle Ezannic, son mari et ses deux enfants, pour un projet humain et ambitieux. Dans leur domaine rue Saint-Laurent, on se sent bien. Quiétude et liberté sont de mise, tout comme les rires et l'écoute. Ici, on entre dans une autre dimension, où le partage est prioritaire. Avec en fond et en ligne directrice, le cheval.

Sortir de l'isolement

En 2015, Gaëlle, ancienne infirmière, a lancé son association Bast & Ptah.

Son idée ? Proposer des ateliers à visée thérapeutique avec le cheval, destinés aux enfants, adolescents, adultes et toute personne en difficulté, présentant un handicap moteur, psychique, sensoriel ou social.

Un projet qu'elle a nourri de son expérience personnelle. Petit, son fils a été diagnostiqué autiste sévère. Les médecins annoncent alors qu'il n'y a rien à faire. Mais bien décidée à ne pas abandonner, la jeune femme recherche une solution pour aider son fils à sortir de l'isolement. Elle découvre alors l'équithérapie.

Aujourd'hui, son garçon a 12 ans et suit une scolarité normale. « Je veux partager cette expérience, je veux donner aux autres, faire comprendre qu'on ne devrait pas voir cette différence comme pénalisante », raconte Gaëlle Ezanic.

Des animaux rescapés

« On s'attache très vite à l'animal. On peut monter dessus et se laisser bercer, on peut le guider à la longe et le faire s'arrêter rien qu'au son de sa propre respiration. Un cheval, ça aide à prendre confiance en soi, ça développe l'empathie, c'est instinctif, explique la maman, également présidente de l'association Bast & Ptath. Il aide à prendre conscience de soi et de son corps, et ça fait travailler la motricité fine. Voilà pourquoi c'est l'animal parfait pour la médiation animale. »

Ici, les chevaux sont des rescapés, ils ont tous une histoire différente et revivent. Rose a échappé à la boucherie, Yakari a fait douze ans de manège et Ulysse était battu par son ancien propriétaire.

Une autre femme, maman, elle aussi, d'un enfant autiste, confie que son garçon est « mieux dans son corps et plus sûr de lui », tandis qu'une autre parle de la demande du sien d'y retourner. L'un des enfants qui suit la thérapie raconte qu'il aime « ressentir tout ce qu'il y a dans le corps du cheval, ça m'amuse. Ça m'aide à faire connaissance plus facilement. »

La première étape de reconnaissance médicale de la discipline est passée. Il ne reste plus qu'à soulever la question des remboursements des soins et d'accompagnement des personnes en situation de handicap, par l'État.

Association Bast & Ptah, Gaëlle Ezannic, 8, rue Saint-Laurent à Melrand,

06 15 35 69 95. bastetptah@orange.fr 

http://bastetptah.eklablog.com

Lu pour vous dans Ouest-France du 27/07/2016

 

24/07/2016

Le village de l'an Mil fête ses 30 ans

Une fête médiévale
Samedi 23 et dimanche 24, le village de l'an Mil fête ses 30 ans.
 
Des troupes de reconstitution historique seront installées sur le site, tout le week-end, de 11 h à 18 h.

Samedi 23 , le site proposera des jeux et des loisirs d'époque, des ateliers de cuisine, d'artisanat et d'entraînement au combat. L'après-midi, une randonnée en ânes bâtés passe par le Village. Dénommée la « carav'âne », elle est menée par l'association Copain coop'âne.

De 12 h à 14 h, dimanche 24 , un repas médiéval est organisé sur le site avec la « cuisine de Manon ».

Au menu : melon à l'hypocras et son jambon cru, volaille à la sauge et financier aux fruits.

La participation se fait sur réservation.

Les tickets sont en vente au Village de l'an Mil, et dans tous les commerces de Melrand.

Repas : 9 € pour les enfants et 12 € pour les adultes.

Tarif village : 6 € pour les adultes et 4 € pour les enfants.

On peut venir costumé.

Pour plus de renseignements : 02 97 39 57 89.

 
 

17/06/2016

À Melrand, le village de L'an Mil mise sur les enfants

vendredi 17 , samedi 18 et dimanche 19 juin

Ateliers intérieurs et extérieurs,

de 11 h à 17 h au village de l'An Mil,

à Lann-Goulh, à Melrand.

Le site est prêt pour les journées de l'archéologie. Créé en 1986, il fête cette année son trentième anniversaire. Un atelier de fouilles pédagogiques est prévu pour les plus jeunes.

 

Le rendez-vous

 

À Melrand, le village de L'an Mil se prépare, lui aussi, à accueillir la 7e édition des journées de l' Archéologie, prévues dans toute la France. Situé en plein cœur du Centre-Bretagne, le site propose depuis plus de trente ans des ateliers, des animations sur les questions de la ruralité à l'époque médiévale. Objectif : « Montrer aux visiteurs les vestiges archéologiques du monde rural moyenâgeux », explique Maud Le Clainche, archéologue et directrice des lieux.

Car selon elle, ces vestiges du monde rural médiéval sont trop souvent négligés au profit du merveilleux. « Quand on parle de site de vestiges archéologiques, beaucoup de gens s'imaginent en général des restes de châteaux, de cathédrales, des colonnes romaines alors que ça ne représente qu'un infirme pourcentage des lieux de l'époque. »

Ateliers en gestion libre

Pendant ces journées, les curieux pourront ainsi y découvrir bien des aspects fascinants de la vie médiévale rurale « à travers les murs, les sols, les foyers d'anciennes petites maisons où vivaient les paysans bretons. Ils devront juste s'imaginer les toits en chaume », explique la directrice. C'est important qu'ils comprennent comment vivait leur ancêtre. Plus de 90 % de la population de l'époque vivait dans les mêmes conditions qu'ici. »

Un atelier de fouilles pédagogiques est également prévu pour les enfants : « Truelles, pelles, sécateurs ; on met tout notre matériel à disposition des petits archéologues en herbe. » Des indices seront donnés aux participants au fil de la reconstitution. Enfants comme adultes sont invités à y participer.

« Les visiteurs seront libres de circuler comme ils le souhaitent sur le site », précise Maud Le Clainche.

 

 

20/05/2016

Un ciné sous les étoiles avec « La 7e compagnie »

Samedi 21 mai, à partir de 19 h 30,

au terrain des sports (ou à la salle des sports en cas de mauvais temps).

Entrée : 5 €.

Le repas crêpes organisé par les parents d'élèves de l'école Notre-Dame-de-Guelhouit avait du mal a attiré le public. L'association a opté cette fois pour la projection d'un film en plein air.
 
À l'initiative de l'Apel (Association des parents d'élèves de l'enseignement libre) de l'école Notre-Dame-de-Guelhouit, une projection du film culte
Mais où est donc passée la 7e compagnie ? est organisée le samedi 21 mai, en plein air. Il s'agira de projeter sur un écran géant gonflable de 11 m de haut par 15 m de large, comme au cinéma, les aventures de Tassin, Chaudard et Pithivier, pour un moment partagé.

 

« C'est un vrai écran de cinéma et un vrai projecteur », s'enthousiasme Ronan Devisme, président de l'association.

Bonbons et pop-corn

Un snack sera installé, ainsi qu'une buvette. Pour recréer l'ambiance d'un authentique cinéma, une vente de bonbons et de pop-corn sera organisée.

À partir de 19 h 30, des animations sont prévues, en attendant la nuit pour la projection, ainsi qu'un court-métrage sous la forme d'un dessin animé de quelques minutes, le temps de laisser tout le monde s'installer confortablement. La projection commencera entre 21 h et 22 h dès la tombée de la nuit. Tout le monde est invité à venir avec sa bonne humeur, ses fauteuils et couvertures.

C'est une nouvelle animation imaginée pour remplacer le traditionnel repas crêpes qui était en perte de vitesse. L'idée a germé en cherchant à faire quelque chose d'original, et s'est précisée après un sondage à l'école, révélant que les personnes interrogées n'avait jamais vu un cinéma de plein air.

Le choix du film s'est décidé après une consultation du public, dans le but de plaire au plus grand nombre, petits et grands, et de raviver de bons souvenirs aux moins jeunes, qui ont peut-être eu l'occasion de le voir à sa sortie au cinéma en 1973.

Les bénéfices serviront à financer la moitié de la sortie classe de mer à Saint-Pierre-Quiberon cette année, ainsi que les travaux importants de l'école, consistant à créer un accès pour les personnes à mobilité réduite. Alors tous « groupir » pour une soirée exceptionnelle et ludique, sous les étoiles de Melrand.