Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2016

L'agriculture paysanne en fête à Keroperh

Samedi 2 juillet, à partir de 10 h, à Keropert.
 
 
 
La confédération paysanne organise la Fête de l'agriculture paysanne, samedi, au lieu-dit de Keropert. La journée commencera par un marché biologique, à partir de 10 h, suivi d'un pique-nique du marché à midi.

 

Rando chantée et fest-noz

Une table ronde et des ateliers en présence de Joël Labbé, sénateur maire, ainsi que d'autres spécialistes permettront de faire un tour d'horizon du thème de l'alimentation.

À 14 h 30 les participants entameront une randonnée chantée dans les chemins alentour. En fin d'après-midi, l'apéritif chanté sera suivi d'un fest-noz avec trois groupes : Beat bouet trio (photo) ; Hamon Martin quintet et Hiks.

 

Renseignements : 02 97 67 22 74

 

Alimentation, l'affaire de tous, table ronde et ateliers

 Samedi 2 juillet,

14 h, Keroperh

Conférence. En présence de Michel Berhocoirigoin, paysan cofondateur de la chambre alternative du Pays Basque, Gilles Maréchal, cabinet Terralim, coopérative Elan créateur, Stephane Dinard, président de l'association « Quand l'abattoir vient à la ferme », Joël Labbé, sénateur EELV. Suivi d'ateliers.

Contact : 02 97 67 22 74,

56@confederationpaysanne.fr,

ille-et-vilaine.confederationpaysanne.fr.

La Confédération paysanne à Melrand.

La Confédération paysanne organise sa première journée d'animations et de réflexion,
 
samedi 2 juillet, à Melrand. 
 
« On peut proposer une autre agriculture »

 

 

Votre syndicat organise une fête avec une vingtaine de partenaires, samedi à Melrand. Quel est l'objectif ?

C'est l'occasion de faire connaître l'association des Amis de la confédération paysanne, créée il y a dix jours, où l'on retrouve des personnes de la société civile qui souhaitent nous soutenir. Cet événement vise aussi à faciliter la rencontre de tous les partenaires liés à l'agriculture, du consommateur jusqu'au producteur. C'est aussi l'occasion pour les paysans de se rencontrer entre eux. Peu importe leurs horizons, leurs idées. Ce que l'on veut, c'est permettre l'échange.

Quel est le programme ?

C'est une grande fête ouverte à tous qui durera toute la journée. Il y aura aussi plein d'animations :

un marché paysan,

des expositions,

une balade nature,

un pique-nique,

une rando chantée par exemple.

Les enfants ne seront pas oubliés avec des animations comme des jeux en bois ou une piscine à paille.

Il y aura une disco-salade à 18 h.

Le soir, un fest-noz est programmé.

Tout l'après-midi, il y aura aussi des ateliers. Quatre thèmes seront abordés parmi lesquels l'investissement des politiques, les abattoirs, les nouvelles consommations avec la montée des ventes directes et du bio. Ce que l'on veut, c'est faire parler les gens : quelles sont leurs problématiques et comment on peut trouver des solutions. C'est par l'échange que l'on verra quoi mettre en place.

Quelles sont les valeurs portées par cette fête ?

On peut proposer une autre agriculture, avec des fermes plus autonomes et plus en lien avec les consommateurs. C'est le sens de l'agriculture paysanne. On souhaite, avec cette fête, faire entendre cet autre discours : on peut vivre décemment de notre métier et produire une alimentation saine et de qualité.

Renseignements : 02 97 67 22 74 ou56@confederationpaysanne.fr

22/06/2016

Ils plantent des courges pour les réfugiés

 

La mobilisation

 

Ce sont pas moins de six cents pieds de courges qui ont été plantés par quinze personnes bénévoles au Gaec Lait Berbis, au Broutais, chez Marie-Eve Taillecours et Ludovic Josse, vendredi.

Ces légumes seront ensuite envoyés au camp de réfugiés de Grande-Synthe (Nord), à l'initative de la Confédération paysanne du Morbihan et en collaboration avec l'association Solidarité réfugiés Centre Bretagne.

« La Confédération a lancé un appel auprès des agriculteurs-producteurs du Morbihan pour planter des légumes de conservation pour les réfugiés de Grande-Synthe. Trois agriculteurs du département ont répondu à l'appel, résume Mare-Eve Taillecours. L'idée est d'envoyer par camion des courges qui seront cuisinées par les bénévoles du camp et aussi d'en vendre afin de récupérer des fonds qui serviront à acheter des produits de première nécessite. »

Trois fermes y participent : Gaec Lait Berbis de La Croix-Helléan, Véronique Marchesseau, porte-parole de la Confédération paysanne, productrice de vaches allaitantes à Langonnet, et Goulven La Galloudec, maraîcher à Melrand.

Rendez-vous en octobre pour le ramassage et la vente des courges.

07/06/2016

Le circuit du Guelhouit fait peau neuve

Bérangère Le Namp, une étudiante visionnaire et motivée

 

 
17 ans et des brouettes, souriante, pleine de volonté et déjà détentrice d'un bac pro CGEA (Conduite et gestion d'une exploitation agricole), Bérangère Le Namp a souhaité poursuivre sa formation avec ce deuxième bac Pro GMNF (Gestion des milieux naturels et de la faune) afin de concilier agriculture et écologie.

 

C'est en tenue de chantier et tout en continuant de scier le tronc d'un lierre trop envahissant qu'elle s'explique : « Je souhaiterais que l'agriculture soit mieux perçue. J'ai un gros projet : j'aimerais apprendre aux agriculteurs comment utiliser la permaculture, l'agro-foresterie afin de leur permettre de produire plus, diversifier leurs revenus, tout en préservant les ressources naturelles. C'est l'avenir, l'agriculture et l'écologie sont obligatoirement liées. »

C'est l'une des rares filles suivant ce type de formation et elle a déjà en tête un parcours et une idée de carrière bien définis, avec la motivation qui va avec.